25/10/2004

29 aout

°°Ton visage en moi est ancré,
lisse moi encore le contempler,
Il me rappelle ce passé,
ce doux passé que j'adorais
 
Mais à présent tout est fini,
J'atteindrai ce soir le paradis,
J'ai tout perdu, j'ai tout sali,
J'ai tout détruit jusqu'à ma vie
 
Je ne suis plus celle que tu vois,
Je ne suis plus celle que t'aimais,
Regarde-moi juste une fois,
Au moins pour voir mon corps saigner...
 
Et j'atteins ce soir la mort en ton nom,
Je te demande encore Pardon,
Pardon d'avoir été ce que je suis,
Laisse moi l'honneur de t'offrir ma vie °°
 
 

14:48 Écrit par Pl | Lien permanent | Commentaires (14) |  Facebook |

En ton nom, encore Pardon

Et je me meurtri à tes pieds,
Je perds le controle de ma pensée
Je vois les anges se croiser,
Regarde-moi une derniere fois.....Ne vois-tu pas mes mains trembler ?







14:26 Écrit par Pl | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Rien rien , plus rien devant soiIl ne voit plus que la mort,

Rien rien , plus rien devant soi
Il ne voit plus que la mort, plus que cette ce sang qu'il veut faire couler, cette vie dont il veut se libérer et ca lui fait mal, tellement...
 Pas la douleur de la balle qui lui traverse le corps, mais les hurlements intensifs qui lui déchirent le coeur. Et là
 il atteint le cercle de l'auto destruction et là il se sent bien, il se sent tellemnt bien...

14:20 Écrit par Pl | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Eternelle Plénitude

Ca yest je vois déjà les étoiles,
La lame, si fine qui se fond en moi,
Mon Dieu que cette douleur peut etre agréable,
J’atteins un univers nouveau qui s’offre en moi. .

Des larmes de sang s’échappent le long de mon bras,
Je vois des anges qui tournent tout autour de moi,
Et dans la PLénitude, je prends soudain confiance,
La lame ne m’effraie plus, j’atteins l’indifférence,

Et je sens cette lame qui se noit dans ma chair,
Et je sens cette ardeur qui bousculent mes pensées,
Votre jugement m’accable, je me coupe les veines,
J’espere qu’un homme sur Terre saura me regretter. . .

Et ces bruits dans ma tete, ces pensées indécentes,
C’est la folie qui perce, je ne controle plus rien,
Et Dieu me laisse à Terre me vider de mon sang,
Ma douleur est plaisir et mon corps est serein.

Puis je me suis étendue et j’ai fermé les yeux.

14:15 Écrit par Pl | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Sombre Euphorie

°°Que la vie nous fasse aimer notre mort et notre mort aimer la vie °°

14:10 Écrit par Pl | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |